Sauveterre-de-Béarn Espace Culturel

Sauveterre Espace Culturel
Chez Annie et Michel Casamayor
3, rue de l'abbé Duplech
64390 Sauveterre-de-Béarn
Vous êtes ici > Accueil » Introduction patrimoine

Introduction patrimoine

Sauveterre de Béarn… une cité dont le cadre exceptionnel incite au calme, à la détente, à la sérénité. Promenades bucoliques sur les berges du gave ou dans « l’île aux chèvres », vestiges historiques (Eglise St André, Tour Monréal, Pont de la légende, Chapelle de Sunarthe…), tout est là pour procurer au promeneur enchantement et satisfaction. 

Le canton de Sauveterre de Béarn c’est aussi une population  qui se bouge ! Cette bourgade possède en effet un éventail exceptionnel d’activités sportives  associatives ou privées, autour du gave bien sûr, comme le kayak, le rafting ou la pêche. On peut pratiquer aussi pelote, tennis, basket, rugby, football, judo, moto, cyclisme sur des installations de bonne qualité. Enfin certaines activités restent attachées à des traditions ancestrales comme les jeux basques ou béarnais. 

Un cadre étonnant, des activités sportives, mais aussi une vie culturelle dense avec les associations les Coquelicots (batterie fanfare), les Amis du Vieux Sauveterre (défense du patrimoine, visites guidées de Sauveterre), Sauveterre Espace Culturel (musique, arts plastiques, modern jazz, country, danses béarnaises et traditionnelles, GRS, animations chant et danse, organisation de spectacles), sans oublier la Bibliothèque pour tous ! 

dimanch23avrilSauveterre figure parmi les 4 bourgs les plus anciens du pays souverain de Béarn qui lutta durant plus de 7 siècles pour obtenir et conserver son indépendance. Ses vestiges historiques ont été édifiés aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, principalement sous la férule de deux grands seigneurs béarnais qui avaient établi leur capitale à Orthez : Gaston VII Moncade le « très preux et vaillant homme aux armes à merveilles et Gaston III de Foix Béarn, dit Fébus qui s’était modestement attribué lui-même ce surnom de Soleil et tenait la dragée haute à ses royaux adversaires en déclarant ne tenir le Béarn que de Dieu et de son épée.

Peut-être que les charpentiers qui participèrent à la construction de ces édifices, appartenaient à la race mystérieuse et maudite des cagots… Ceux que nous appelons aussi « chrestians » en béarnais n’avait pas le droit par exemple de laver leur linge dans les fontaines publiques, de marcher pieds nus, d’entrer dans les églises par le grand portail. Sur le côté sud de l’église une petite porte spéciale qui leur était réservée témoigne du sort qui leur était réservé.

Sauveterre représentait un poste stratégique essentiel du Béarn médiéval, commandant les vallées des gaves d’Oloron et de Pau. Cette situation géographique scella pour de longs siècles le destin commercial et militaire de la cité. Ainsi fut écrit dès 1276 : « Sauveterre, une ville bonne à devise, à l’entrée de l’Espagne assise ».

Elle a fait sienne l’injonction guerrière d’un des plus grands seigneurs de l’occident médiéval : « Fébus aban ! ». Rappelons la devise évoquée dans ces écrits : « Saubaterre, boune terre, boune gen ».

A cette époque, les  remparts fermaient complètement le bourg. Ils ont donné dernièrement bien du souci aux sauveterriens puisqu’une partie s’est effondrée en 2004. Heureusement, ils sont aujourd’hui reconstruits et consolidés grâce à une prise en charge rapide et efficace.

Après avoir opté massivement pour le protestantisme dès 1570, les Sauveterriens vont vivre pendant plus de 25 ans dans un état permanent d’insécurité, menacés par des voisins basques hostiles, par une invasion espagnole et enfin par des bandes de la Ligue qui sévissent en Chalosse et se répandent parfois en Basse Navarre. En 1580, pour renforcer les remparts sur la face nord du Bourg Mayou, les sauveterriens bâtissent une vaste maison forte, le Fort de Tolose. Ses murs de 1,25 m d’épaisseur sont percés de meurtrières. Il comprend un étage et le fossé est à ses pieds.

Laissez un commentaire